C’est une ère de renaissance…

Kekou mon petit poussin des fermes laitières du Québec.

Je sais tu te dis, MAIS ENFIN la petite est de retour. Ben oui, je le sais, maudine, tu verses une larme de bonheur et de loin je te la sèche. Je me fais désirer, que veux-tu ? Je suis désolée pour cette pause assez, pas pire, immense (oué, ok je suis désolée). Ne me fais pas plus sentir mal, s’il vous plaît, assez de regrets de même et cela ne fait que quatre jolis mois que l’année 2018 est commencée. Pour donner suite à cette observation cocasse, j’ai eu cette envie de prendre un moment afin de réviser mes résolutions que j’avais inscrite dans mon petit carnet aux pages vintages et à la couverture brune. En d’autres mots, j’ai établi la liste de mes résolutions dans l’application « notes » de mon téléphone cellulaire.

Alors, la liste commence ainsi :

  1. Avoir confiance en soi.

Celle-là c’est définitivement la meilleure…

Pour te faire un petit résumé vite vite, c’est que je n’ai aucune confiance en moi. C’est simple comme bonjour (comme dirait Girard qui embrasse chaque seconde de la vie). Le problème que je qualifierais de majeur est que je n’ai aucune confiance, mais dans TOUTES les sphères de ma vie…

Définitivement, j’approuve avec toi, l’ensemble est décourageant.

L’affaire c’est que je n’ai aucune idée, de comment je peux trouver ça. Quelquefois, j’aimerais que la confiance en soi se trouve comme un petit coquillage à la plage, toé. Il te pique le gros orteil, alors tu te fâches après lui, mais quand tu le déterres du sable, maudine que tu le trouves beau. Tu le trouves tellement adorable, coquet, charmant, délicieux que tu le rapportes chez vous et tu le conserves dans un petit pot sur lequel il est inscrit « Cuba 2012, best trip ever ».

Alors, cette magnifique confiance que je n’ai pas se reflète dans mes prises de décision. En d’autres mots, ne me demande pas de décider, tu vas virer agressif (ve) tellement que je deviens désemparée à la suite de cette demande qui était, tout simplement, bien intentionnée. Aussi désemparée que des tortues naissantes qui essaient de se rendre à la mer pour la première fois. (Tu dois, définitivement, voir cela si tu ne sais pas de quoi je parle. La scène est tellement cutie pie, tu as le goût de les croquer et de les kidnapper, jusqu’au moment où elles sont prises entre les pattes/crocs d’un prédateur. À cet instant-là, je te conseille de fermer le vidéo et d’écouter du Céline Dion pour effacer ces images traumatisantes). BREF, je divague. (J’aimerais prendre un moment pour souligner le choix de mot, dans ce cas-ci, très concept.)

Le plus bel exemple que je pourrais te donner est mon choix universitaire. Présentement, je suis dans le programme Communication Studies à l’Université de Concordia, mais j’hésite à retourner dans le domaine des sciences, plus précisément les Sciences biologiques à l’Université de Montréal. Chaque jour, je fais 10 sondages, 3 quizzes (ou jeux-questionnaires, si tu préfères) de personnalités dans le magazine Cool et je lis mon horoscope afin comprendre mon être intérieur et son désir le plus profond. Honnêtement, je me décourage moi-même. Mais là, je te vois, oui, oui, je te vois. Tu viens de prendre une pause au courant de ta lecture et te dire « Ben voyons dont, c’est quoi ce dilemme-là ! Ce sont deux domaines complètement différents ! Comment peut-elle hésiter ? » Bon, tu ne te le demandes sûrement pas d’une manière aussi posée, mais j’assume qu’il y a un peu de jugement et une coupe de relèvement de sourcil. N’ai-je pas raison ? El savais. Ainsi, aux dernières nouvelles, j’ai vraiment, très accepté mon admission à l’UdeM et fait mon horaire pour la session prochaine à Concordia, mais tout va bien. Vraiment. Je te le dis. J’ai un talent naturel pour convaincre.

  1. Prendre le temps de lire des livres.

Oh my my.

J’ai tellement essayé fort pour celle-ci. Je te jure, à chaque fois, mon cerveau me joue le même tour. Oui, oui, mon cerveau est un super bon magicien. Je t’explique à chaque fois que je m’apprête à lire un livre, je prends le temps de me vider l’esprit, d’être calme et sereine, afin de pouvoir complètement vivre l’histoire que l’auteur de mon livre s’apprête à me raconter. Une fille de même moi, que veux-tu ? Alors, aspirée par mon livre, je lis la préface, l’introduction, car toute personne qui est adepte de livres fait de même. J’arrive au chapitre 1… Mon cerveau pique une crise. Il me jette en pleine tête des questionnements sur N’IMPORTE QUOI, N’IMPORTE QUOI. Ça varie entre quelle est la température en Russie ? À est-ce que mon frère à vider le lave-vaisselle ? Mais le pire là-dedans, c’est qu’il ne s’arrête pas à un questionnement, IL SE LES ENCHAÎNE. Un après l’autre toé, comme dans un concours de celui qui mange le plus de Hot Dogs en 1 minute (définitivement, le genre de concours où le sentiment dégoût m’est tellement fort que je n’arrive plus à concevoir que cela est un exploit, mais bon). Mais là, il ne faut pas oublier que moi j’essaie de comprendre une histoire ici, là. Après 5 minutes de combats, 6 relectures d’une même page, je suis complètement perdue, mais tu sais quoi ? JE N’ABANDONNE PAS. Je suis déterminée à savoir le déroulement de l’histoire, jusqu’au moment où toute mon énergie est consommée. Je shut down. Beubye Maude. Mes paupières, oh qu’elles deviennent lourdes les petites. Et puis le roupillon s’emporte de mon corps vulnérable. Easy de même toé. Alors, puis-je te dire que non, je ne m’enfile pas des briques de livres chaque semaine, parce que non, je ne suis tout simplement pas capable. J’ai essayé de lire « Plaidoyer pour le bonheur » et j’ai dû encore une fois abandonner. Moi qui voulais juste pouvoir avoir des pensées bouddhistes et prendre soin de moi, mais non. Je suis prise à essayer de comprendre par moi-même où se cache ce fameux bonheur qui se considère comme le trésor dans une chasse au trésor.

  1. Prendre soin de toi

J’ai été une semaine au gym, j’ai abandonné.

J’ai fait l’escalade sur des murs complètement inexistants. En d’autres mots, simple et concis, j’ai abandonné. Cependant, je tiens à mentionner que j’étais très assidue dans mes paiements mensuels. Mais peux-tu te dire que ça fait mal 50 $ par mois, quand tu fais de l’escalade invisible ?

J’ai ouvert mes horizons, alors j’ai fait du yoga pendant 5 minutes. Les deux premières minutes, extase ! Je me sentais gracieuse, je prenais conscience de mon corps et de l’énergie qui circule dans celui-ci. La troisième minute, le chaos. J’ai réalisé que j’étais beaucoup trop impatiente pour faire la salutation au soleil, en plus, d’être aussi flexible comme un hippopotame. Puis-je te dire que la position du chien tête baissée n’était pas ma plus grande force ? Oh que non, ce n’était pas facile.

Finalement, j’ai essayé le jogging. Après 2 minutes, j’ai eu peur de me perdre, alors pour mon bien-être, j’ai pris la décision de retourner à la maison. Je suis tellement une fille sage.

J’aime les lindts. Merci, bonsoère.

4.Aimer les autres.

Oué, j’ai réellement écrit cette résolution… NON, ce n’est pas parce que je suis Shrek. Ce que je voulais sous-entendre par cette résolution, c’est d’aimer l’autre sans se gêner, mais avec modération aussi. On dirait que je te parle de consommation d’alcool, nenon. Laisse-moi t’expliquer. Je me disais, si un petit garçon arrivait dans ma vie, ben je n’avais pas le goût de jouer la game de « je n’ai pas de feelings » quand mon petit bedon avait des papillons. Ainsi, je voulais me convaincre que c’est bien de donner de l’amour aux gens qui te sont chers. PAR CONTRE, je voulais aussi me rappeler qu’il est important de ne pas laisser les gens abuser de ta bonté qui vient souvent dans le package de l’amour. Me comprends-tu ? Définitivement, je pourrais devenir conseillère dans le domaine des relations amoureuses, suite à l’utilisation de ses mots émouvants. Même si j’ai juste fait une « couple » de frenchs par-ci, par-là depuis les quatre derniers mois, je crois encore sincèrement à ma capacité à conseiller les autres… En d’autres mots, mes gros frenchs payants dont la plupart se sont déroulés dans les bars m’ont poussé à utiliser l’application Bumble/Tinder. Hip. C’est tout ce que j’ai à rajouter. (Peut-être dans le prochain article, OK. Merci. Bye).

5.Voyager.

Hmmmmmmmmmmm. Oué. OK. Je l’ai suivi. Je me suis acheté un billet d’avion en direction du Pérou. Je pars dans 3 semaines. Je n’ai rien de préparé. Je suis seule. Je n’ai jamais voyagé seule. Apparemment, il y a des gens qui te capturent et te volent tes organes afin de les revendre. Je suis vraiment excitée. Tout va super bien.

  1. Se laisser aller/emporter

Emporter par quoi ? El ne sait pas. Je pense, honnêtement, que j’ai seulement écrit cela, car je me sentais comme Émile Nelligan. Dans le genre poétique, réfléchi, donner de la liberté au lecteur afin qu’il ait sa propre interprétation de mes mots…

Mais je peux définitivement te dire que les premières sessions universitaires m’ont emporté ben fort… dans un mur… de briques. Ouais. OK. Cool.

Finalement, j’ai le goût de conclure avec une phrase digne d’une artiste incomprise : « c’est une ère de renaissance pour l’année de mes 20 ans »

.

.

.

.

.

.

.

BEN VOYONS DONT, TOÉ.

LA « RENAISSANCE ».

COUDONC, EST-CE QUE JE ME PRENDS POUR UNE CHENILLE QUI EST SUR LE POINT DE SE TRANSFORMER EN PAPILLON?

Sûrement.

Définitivement.

C’est sûr que je me sentais comme ça.

Je tripe sur les papillons.

C’est mon rêve de devenir un papillon.

Bref,

Vive les résolutions.

Je ne suis qu’une déception.

Peut-être vais-je apprendre ?

Que la vie n’est pas toujours tendre.

 

 MG.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s