Vas-tu trouver, un jour, el trésor? Por favor (Partie #2)

CAUCUS TIME LES GIRLS.

LES FILLES NOUS NE POUVONS PAS PARTIR TOUT DE SUITE.

Vous n’avez le droit à aucune opinion. Merci de votre compréhension.

Elles ne comprenaient pas…

Jusqu’à la minute où il passe la porte.

BOUM.

Les filles me regardent et elles hochent la tête avec un sourire coquin. Elles avaient tout compris (c’est pour cette raison que ce sont mes meilleurs chums, tsé). Il s’assoit à côté de moi. Il me pogne la cuisse et me la “shake” un peu (j’aimerais mentionner que des risques de traumatise peuvent s’en suivre lorsque mon gras de cuisse teddy bear se fait a aller sans sa permission). Et il me dit qu’il est vraiment content de me voir… Je suis super contente, mais je ne peux arrêter d’avoir la face d’une fille tendue tant qu’il n’enlève pas sa main de ma cuisse…
OK, c’est bon ! Tu peux enlever ta main. OK là. ALLER. AWAILLE. ÇA DEVIENT MOITE EN DESSOUS DE TA MAIN, COME ON. AUCUN DE NOUS N’AVONS DU PLAISIR.
Merci.

Une fois détendue,
OLÉ. Je me dis, ça y est, IL A TROUVÉ LE TRÉSOR, toé. Il est venu m’annoncer qu’il tripe sur moi. Je me prépare. J’avance tranquillement ma tête, mes lèvres sont prêtes pour l’embrasser et il me dit : “Hey ! Ma blonde aimerait vraiment ça te rencontrer”.

Ah.

Cool.

Ben c’est simple, mon cœur s’est arrêté.

Kapout.

C’était le fun.

À la prochaine là.

Ma face zéro contente lui répond : “Ahh ouais, OK oui. OK cool ! OK oui, ça me ferait plaisir ! Définitivement, j’étais la fille la moins convaincante au monde! J’ai ce problème que je qualifirais d’hyper transparence. En d’autres mots, lorsque je vis une émotion, elle est très présente dans mon visage, alors si je suis heureuse ça va paraître, mais si je suis malalaise ou que tu me gosses énormément, ça va paraître, mais ENCORE PLUS). Je lui donne un high five pour démontrer ma fausse joie (bravo très naturel, Maude). Et puis, je repars toujours aussi désespérée que la dernière fois.

Je reviens au chalet, j’ai mes 19 ANS.
Je suis avec un de mes bons amis garçon et la bête frisée décide de se pointer le nez. Parle, parle, jase, jase, comme dirait Richard, et puis

BAM.
BIM.
BOUM.

Il m’annonce qu’il N’EST PLUS EN COUPLE. Je capote, je vire folle, mais le PROBLÈME (parce que, oui, il y a toujours des petits pépins avec moi), est que je suis accompagnée d’un garçon. Ouin, un « ami » garçon. Du genre, que les deux nous ne nous trouvons pas de notre genre, mais à cause que nous sommes seules, des petits bisous s’échappent par-ci, par-là. Ouin.

J’aimerais prendre un moment pour faire une pause et pour te partager le fait qu’en t’écrivant cela, je repense à cette relation étrange et en bon québécois je la qualifierais celle-ci de « pas fort, fort, fort ». Honnêtement, je suis inconfortable et je ne sais même pas pourquoi je te partage cela, mais bon.

Bref, la seule fois que j’avais une chance de lui prouver mon intérêt, maudine, je suis accompagné d’un de mes amisavecambiguitébizarreokonpeuxtupasseràunautresujet. Puis-je te dire que j’ai regretté mon coup pendant une bonne heure… journée…vie ? Ehlalalalalaa. Je repars de mon chalet en étant encore une fois, désespérée.

Je reviens au chalet, j’ai toujours mes 19 ans.
Il est là et je ne suis pas accompagnée de mon côté. Alors, nous prenons la décision d’aller faire une randonnée dans l’après-midi afin de célébrer les magnifiques retrouvailles, toé. Pour combler les petites heures matinales avant l’expédition, je décide d’aller voir mon vieux mononcle coquin et voisin de mon chalet (appelons mononcle coquin-voisin Guétan pour les intimes) pour l’aider à faire sa lasagne. Durant la session popotte, où Guétan a paniqué et a failli m’arracher la tête lorsqu’il a vue que j’avais mélangé ses quatres fromages pour sa lasagne (quelle erreur de débutante, ben oué! Je m’excuse, je ne suis pas Ricardette [Ricardo au féminin, ta pognes-tu?] ).  La bête frisée rentre dans la maison discrètement pendant que je jase avec mon petit vieux Guétan…

WHAT A BAD MOMENT, toé.

Nous étions en plein milieu d’un débat sur amiavecambiguitébizarreok. Et au moment où la bête frisée arrive dans la cuisine, Guétan me dit : « Ben voyons Maude, si un gars dort avec toi et qu’il ne s’essaie pas, ça veut dire qu’il est très probable qu’il soit homosexuel » (une bonne vieille pensée d’un bon vieux Guétan qui n’est pas sorti du bois depuis longtemps). Je l’ostine en essayant d’expliquer mon point, ET PUIS LÀ, Guétan pose la question à la petite bête frisée… « Toi, si tu dormais avec Maude, ne t’essayerais-tu pas ? »
Opelaye.
J’avais le goût de mourir.
Seigneur de petit Jésus.

Pour inciter une réponse positive chez la bête frisée, je le regarde avec la sourire le plus malaisant au monde et des yeux de brebis en détresse. J’avais l’air ben sexay. Et c’est justement après ses mimiques qu’il a répondu : « Ben, oui ! C’est sûr que je m’essaie ! Voyons, Guétan, tu me prends pour qui, tsé ? »

Ben non ! Je t’ai eu ! (Ark, on dirait que j’essaie de recréer la vieille émission louche de Vrak TV. Je m’en excuse).

Bref, C’est une blagounette. Quand même, s’il te plaît, j’ai de la misère avec mes « crushes », mais ça reste des bons choix et ils sont de bonnes qualités. (On dirait que je te vends une automobile… Alors j’aimerais que tu oublies les dernières phrases, que tu acquiesces ta tête tout en souriant et finalement que tu comprennes que cette bête frisée est une belle personne tant à l’intérieur qu’à l’extérieur et qu’elle est bien intentionnée).

On reprend. Oué. 1, 2, 3, maïs. (Ne cherche pas plus loin qu’il le faut).

Il ne répond pas à la question et ne fait que rire. OUFF. On part faire une petite randonnée, et puis le soir, nous soupons avec la famille à mes amis d’enfance et la mienne. Eh merde! Comment dire? Il y a eu un grand nombre de bouteilles de vinos qui se sont bues (j’aimerais faire un petit rappel que moi, Maude, après un verre, parfois [et j’ai bien dit, PARFOIS] je peux ressentir les petits effets de l’alcool ben el fun. En d’autres mots, j’étais un peu, beaucoup, pompette après ce souper…

MG

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s